Extrait de la conférence sur l'estime de soi

dimanche 12 novembre, salle ND des Apôtres

Marie Sophie Peytou, conseillère conjugale et familiale 

Il y a deux éléments importants dans l’estime de soi : l’amour de soi et la confiance en soi.

I/. L’estime de soi, savoir être et savoir agir

L'amour de soi est du domaine de l'être : c’est le fait de se sentir aimé pour ce qu'on est, indépendamment de ce que l'on fait. Cet amour de soi a trois conséquences :

1. Le respect de soi, le sens de sa dignité et de sa valeur personnelle.

2. La capacité à dire non, malgré la pression extérieure.

3. La capacité à accepter les remarques négatives sans se sentir complètement déstabilisé.

La confiance en soi est du domaine de l'action, c'est le fait de se sentir capable de faire des choses, de les réussir ou de savoir rebondir quand elles échouent. Cela conduit à :

1. Avoir la volonté d’apprendre et de développer des compétences nouvelles.

2. Nouer des relations avec les autres au lieu de se renfermer et d’avoir peur de la nouveauté.

Une bonne estime de soi est un socle pour avancer dans la vie, cela donne un appui pour s’élancer vers l’avenir. On pourrait dire que cela donne à la fois des racines…et des ailes ! Mais une bonne estime de soi est une juste estime de soi c'est à dire à une appréciation réaliste de ses capacités et de ses limites, alors que l’on réfère à une mauvaise estime de soi si cette valeur est diminuée ou amplifiée. Un excès d'estime de soi est tout aussi préjudiciable qu'une trop faible estime de soi. L’égoïsme, l’égocentrisme, la vantardise ou le narcissisme ne doivent nullement être confondus avec l’estime de soi : avoir des choses à prouver, être toujours en train de se faire remarquer ou « de la ramener » comme on dit, c’est probablement avoir une estime de soi bien faible ! Au fond, il s’agit de s’apprécier tel que l’on est avec ses faiblesses et ses défauts, mais aussi ses qualités, et tout ce qui fait que nous sommes uniques et irremplaçables.

 

II. Les cinq piliers de l’estime de soi

1. Des relations positives. Le fondement de l’estime de soi, c’est de se savoir aimé pour ce qu’on est, de façon inconditionnelle.

2. Un sentiment de compétence. Ce qui est important, c’est de trouver les points forts : nommer et exprimer les réussites

3. Une orientation dans un double sens : avoir un objectif (un but) et un sens, mais aussi une direction (une raison de vivre).

4. Être bon c’est à dire faire l’expérience de la générosité

5. La joie de vivre. Faire l’expérience de moment de joie, de vitalité.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

 

Découvrez le nouveau site de l'ensemble paroissial :

www.nd-misericorde.com

 

×