Année de l'Esprit Saint - Comment prier ?

 Il me semble qu’aujourd’hui, pour beaucoup de gens, même croyants, la question n’est pas d’abord "comment", mais "pourquoi". Impossible de ne rien dire de la question : pourquoi prier ?

1. Est-ce que nous percevons la prière comme une nécessité vitale ?

Songeons à ce qu’écrivait Rilke à son jeune poète : 

Vous me demandez si vos vers sont bons… Désormais (puisque vous m’avez permis de vous conseiller), je vous prie de renoncer à tout cela. Votre regard est tourné vers le dehors ; c’est cela surtout que maintenant vous ne devez plus faire… Il n’est qu’un seul chemin. Entrez en vous-même, cherchez le besoin qui vous fait écrire : examinez s’il pousse ses racines au plus profond de votre cœur. Confessez-vous à vous-même : est-ce que vous mourriez s’il vous était défendu d’écrire ? Ceci surtout : demandez-vous à l’heure la plus silencieuse de votre nuit : « suis-je vraiment contraint d’écrire ? » Creusez en vous-même vers la plus profonde réponse. Si cette réponse est affirmative, si vous pouvez faire front à une aussi grave question par un fort et simple : « Je dois », alors construisez votre vie selon cette nécessité.

On dira : mais justement, de même que beaucoup de gens peuvent très bien vivre sans écrire de poèmes, beaucoup ont l’impression de pouvoir très bien vivre sans prier…

Pourtant Gandhi :

Je ne suis pas un homme de lettres ou de sciences : j’essaie simplement d’être un homme de prière.
C’est la prière qui a sauvé ma vie. Sans la prière, j’aurais perdu la raison.

Si je n’ai pas perdu la paix de l’âme malgré toutes les épreuves, c’est que cette paix vient de la prière.
On peut vivre quelques jours sans manger, mais non sans prier.

La prière est la clef du matin et le verrou du soir.
La prière, c’est une alliance sacrée entre Dieu et les hommes.

 

En fait, il n’y a pas de gens qui peuvent se passer de prier. Il y a seulement des gens qui ont tellement pris l’habitude de vivre à la surface d’eux-mêmes qu’ils n’entendent plus en eux cet appel à la prière.

(Texte de Mgr Jean-Pierre Batut – 1ère partie)

« pour moi, la prière, c'est un élan du cœur, c'est un simple regard jeté vers le Ciel ; c'est un cri de reconnaissance et d'amour au sein de l'épreuve comme au sein de la joie ; enfin, c'est quelque chose de grand, de surnaturel, qui me dilate l'âme et m'unit à Jésus »

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face


Année de l'Esprit Saint - Comme